La Mairie de Rennes solde la laïcité et l’égalité F-H

e96320ac457b20e29c89c1b16ed148b2-rennes-fin-de-chantier-et-portes-ouvertes-la-mosquee-du-blosne_5
crédit photo Ouest-France

ENFANTS VOILÉES ENFANTS EN DANGER

A Rennes, municipalité conduite par la Maire socialiste, Nathalie Appéré, la République laïque vacille dangereusement.

Tout d’abord Rennes a été l’une des premières villes en France, si ce n’est la première, à accepter le burqini en adaptant le règlement de ses piscines, à l’intégrisme religieux. Mme Appéré a trouvé cela plus simple que d’exercer ses pouvoirs de police et faire appliquer les règlements d’hygiène en vigueur. Cautionner l’infériorisation des femmes considérées impures si leur corps n’est pas couvert, consentir aux préceptes fondamentalistes islamiques, des choix parfaitement antinomiques avec l’égalité femmes-hommes. Il faut croire que combattre l’oppression des femmes n’est pas dans ses priorités.

Mais il y a pire encore, la Mairie de Rennes vient de consacrer 430 000 euros à rénover un local dont elle est propriétaire, au profit du centre culturel et cultuel islamique At Taqwa. Sachant que ce centre bénéficie déjà d’un loyer moins élevé que ceux du privé  pour un local que nombre d’associations rêveraient d’occuper (voire un local mis à disposition), la ville le rénove pour un montant de 430 000 euros de budget qui ne seront donc pas attribués à des associations et /ou projets d’intérêt général pour la population. 

Pourtant, la République laïque «ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucune culte». C’est le principe de laïcité posé par la loi de 1905 qui sépare les églises (les cultes), de l’Etat. La loi de 1905 a été consolidée par la loi du 6 mars 2008. A ce titre, tout budget de l’Etat, des départements et des communes, toute dépense relative à l’exercice des cultes, doivent être supprimés. Pour détourner des subventions publiques, il suffit donc de contourner la loi en faisant passer pour culturels des centres cultuels et autres lieux de pratique religieuse. Et ce, même si le mot cultuel figure bel et bien dans le nom de l’association, qui dans l’espèce qui nous occupe, est une mosquée. Qui s’en offusque ? L’auteur de l’article de Ouest-France (1), se réjouit du succès des portes ouvertes du «centre culturel et cultuel islamique At Taqwa» ou mosquée du Blosne.

ab563a3b67cc78874318223fe2a54942-rennes-fin-de-chantier-et-portes-ouvertes-la-mosquee-du-blosne_7
crédit photo Ouest France

Le journaliste n’est pas plus choqué par ce qu’il voit ce jour-là : des fillettes, des bébés pour certaines, voilées, de la tête au pieds. La Maire socialiste de Rennes, Mme Appéré, elle aussi, en inaugurant la mosquée rénovée, a vu ces fillettes voilées et comme pour les piscines, elle a fermé les yeux sur l’oppression, sur la mal-traitance.

A Rennes, en France, des bébés, des fillettes voilées ? Pourquoi ? Elles pourraient provoquer des mâles, en quoi ? Pourquoi en les voilant, sexualiser le corps des enfants ? Que faisons-nous quand nous ne réagissons pas devant des bébés, des fillettes, des adolescentes voilées sinon accréditer l’idée raciste s’il en est, que les musulmans seraient des pédocriminels et que les enfants-filles doivent être soustraites à leur regard ? Cette hypocrite notion de «pudeur» imposée dès le plus jeune âge aux seules filles, cette idée d’un corps féminin impur qu’il faut cacher, et que seuls les garçons, les hommes ont le droit de vivre libres et de se servir comme ils l’entendent, nous devons la combattre. Ce sont les garçons au contraire qu’il faut éduquer, non pas à la pudeur, mais au respect de l’autre et de son corps !

Le voilement des fillettes (des femmes aussi), est également un problème de santé publique. Le manque d’exposition au soleil a des conséquences sur la fixation des minéraux et vitamines. Au plan psychologique et social, les conséquences ne sont pas négligeables non plus :  le regard des autres, l’auto-exclusion dans l’espace publique, renforcent le sentiment d’appartenance à une communauté et à ses règles, même si elles sont contraignantes, et l’enfermement. Mme Appéré qui ferme si bien les yeux ne s’inquiète pas des inégalités de genre, elle leur permet au contraire de prendre de plus en plus d’ampleur.

C’est ça le « vivre ensemble » ? Compromettre un projet de société qui vise l’égalité femmes-hommes, pour des manoeuvres électoralistes ? Mme Appéré a été nommée par Bertrand Cazeneuve à l’Observatoire de la laïcité de Jean-Louis Bianco,  qui observe certainement, quoi, on ne sait pas bien ; faut-il y chercher un lien de cause à effet ? Qu’ont donc compris de leur échec les partis de gauche abandonnés des électeurs ? Toujours plus de relativisme culturel, de compromis avec le fondamentalisme religieux, toujours plus de coups de canifs à l’égalité femmes-hommes, mais qu’ils continuent de s’enfoncer, à creuser le lit des extrêmes, un jour ils finiront par se réveiller mais alors, ne voudront plus que se rendormir à jamais.

Les VigilantEs 

(1) Ouest France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-fin-de-chantier-et-portes-ouvertes-la-mosquee-du-blosne-6412211

Tweet de Ghaleb Bencheikh du 6 juillet dernier. Dans quel monde vivons-nous quand Ghaleb Bencheikh sans hésiter dans un tweet explicite commente une photo qu’un journaliste de Ouest France a prise et relayée sans aucun commentaire, aucune analyse, aucun recul, un peu comme le ferait un robot ? 

IMG_5848

 

 

Publicités