Afghanistan, féministes universalistes mobilisées contre la barbarie intégriste

Soutien à la manifestation appelée par des associations féministes, samedi 28 août à 14h00 à Paris.

Depuis l’annonce du retrait des forces étrangères, puis les pourparlers de Doha au Qatar, le monde entier savait que la situation allait dégénérer en Afghanistan, sans pour autant s’affoler. Même si tout le monde a été pris de court par la manière dont les américains ont mené ce retrait, tout était prévisible, au premier chef, la situation catastrophique à laquelle allaient être confrontés les progressistes afghans, en particulier les femmes.

Depuis plus de deux ans, des féministes afghanes tentaient d’alerter en vain sur les conséquences pour les femmes, d’un gouvernement taliban soi-disant modéré ! On ne peut pas dire que grand monde s’en soit ému.

La France, qui s’est retirée de la coalition en 2012 avec François Hollande, a commencé à exfiltrer des Afghans en danger pour avoir aidé les forces françaises et défendu les Droits Humains dès le mois de mai dernier. Elle a aussi œuvré au sein de l’Europe pour tenter de coordonner des opérations d’exfiltration et pour établir une ligne de conduite à adopter face aux talibans. La présidente de la Commission Européenne a d’ailleurs fait une déclaration impeccable : « L’aide humanitaire doit continuer. Mais pas un seul euro d’aide au développement ne peut aller à un régime qui prive les femmes et les filles de leurs libertés et de leurs droits à l’éducation et au travail ».

Après les attentats terroristes de ces derniers jours à Kaboul,  la situation ne dépend évidemment plus ni de la France, sa diplomatie et volonté politique, ni de celle d’aucun autre pays occidental, mais des talibans et du groupe Etat islamique qui imposent déjà la terreur à Kaboul.

La France comme d’autres pays, est parvenue à exfiltrer une partie des afghans en danger, mais on le sait, des progressistes dont des femmes Afghanes, sont toujours sur place et ne pourront rejoindre pour l’instant, un pays libre. Cela risque de leur être fatal.

Comment retrouver très vite les conditions d’un pont aérien pour continuer d’exfiltrer celles et ceux qui doivent l’être  ? Qui peut le savoir aujourd’hui ? Confrontés à une situation de chaos dans laquelle tout le monde est impuissant à agir, manifester pour les femmes afghanes n’a pour l’instant que le sens de faire savoir aux femmes menacées et emmurées sur place, que le monde entier pense à elles et les soutient.

Pour cette raison, nous soutenons l’appel au rassemblement de nombre d’associations féministes, à Paris, samedi 28 août à 14h00. Et ce, même si nous aurions préféré que le rassemblement ne s’adresse pas au ministère des affaires étrangères qui a fait et continue de faire ce qu’il peut, mais plutôt aux responsables afghans. Nous ne sommes pas non plus favorables à un « droit d’asile inconditionnel » qui pourrait nous mettre tous en danger, à commencer par les afghan.es progressistes d’ailleurs, mais à un asile des personnes en danger pour avoir aidé la coalition, défendu les droits des femmes et plus généralement les Droits Humains, vécu librement, en s’affranchissant des contraintes imposées par les intégristes, et plus généralement toute personne menacée par les talibans pour des raisons politiques.

En tant que féministes universalistes, avant l’arrivée des talibans, nous étions déjà solidaires des femmes afghanes comme de toutes les femmes qui dans le monde, se battent pour leur émancipation. Ne jamais l’oublier, ne jamais céder, dans le monde entier, et même parfois chez nous en occident, des femmes sont confrontées au patriarcat religieux, à la charia. Voilà où mène l’intégrisme religieux, à la plus grande barbarie, en particulier pour les démocrates et les femmes.

Les VigilantEs

L’appel d’associations féministes, à Paris, samedi 28 août à 14h00