De Weinstein à Ramadan, conflagration universelle

acbd61059080b5651938ecc2c0e91391Le courage des actrices dénonçant Harvey Weinstein a permis de libérer la parole sur le harcèlement sexuel, et ce partout dans le monde. Avec une conséquence de taille, la mise en cause par d’autres femmes courageuses, de Tariq Ramadan. Depuis le 24 octobre, cet éminent islamologue, théologien, professeur à Oxford, est accusé d’agressions sexuelles et de viols.

Qu’y-a-t-il de commun entre ces deux hommes ? 

Ils ont usé de leur pouvoir pour obtenir des relations sexuelles  et ont violenté sinon violé des femmes. La justice est chargée de statuer sur les plaintes. Mais si ces deux hommes sont des violeurs présumés, voire des violeurs en série, Tariq Ramadan, lui, au-delà de son pouvoir financier, pèse très lourd au plan politique.

Depuis deux décennies des médias et des universitaires nous le présentent comme un intellectuel brillant, progressiste, séduisant,  portant le discours d’un islam modéré : 

  • ils balaient ses liens avérés avec le Qatar, pays bien connu pour esclavagiser bon nombre de ses immigré.es, pays où l’homosexualité  est punie de mort, où les femmes sont considérées telles des mineures, mais pays qui finance sa chaire à l’université d’Oxford !
  • ils négligent sa demande de « moratoire » sur la lapidation !
  • ils mettent de côté ses prêches sur les femmes adultères, sur la virginité avant le mariage, sur la hiérarchisation des sexes, ses demandes d’horaires non-mixtes dans les piscines, bref, tout sujet qui révèle son ultra conservatisme plutôt que son progressisme.

Une bonne partie des médias, en lui offrant complaisamment des tribunes, ont non seulement participé à faire de lui une idole, mais ont participé à répandre le poison du sexisme d’un prétendu « féminisme islamique » dans notre société !

Caroline Fourest, Antoine Sfeir auront beau démontrer dans  leur travaux l’imposture de la rhétorique d’un personnage étroitement lié à la confrérie des Frères musulmans, bien loin du progrès qu’il prétend incarner, rien n’y fera !

Il faut dire que les altermondialistes aussi lui ont déroulé le tapis rouge ! Invité aux Forums Sociaux Européens et Mondiaux, ils ont participé à lui fabriquer une image de théologien de la libération. A ce propos, la libération de qui ? Certainement pas des femmes ! Notons au passage, que chez les altermondialistes, la cause des femmes passe dans la colonne pertes et profits.

Mais le plus grave dans cette affaire, est de voir comment ce personnage s’est imposé dans le paysage féministe français ! Depuis quelques années, des mouvements se présentant comme « féministes islamiques » ont éclos. Leurs leaders vont même s’afficher avec Tariq Ramadan. Et tous nos islamo-gauchistes d’applaudir. Et nos médias, en particulier Médiapart et les Inrocks et Libération, mais aussi France Inter, France Culture, etc.,  d’adouber ces associations comme étant les « nouveaux féminismes » ! Une  imposture cautionnée par le « monde intellectuel ».

Alors bien évidemment, nous nous réjouissons que face aux accusations de viols, une partie de ses ami.es le lâchent. D’autres ont choisi opportunément le silence. Pour autant, si tous les violeurs sont des criminels qui hypothèquent la vie de leurs victimes et mettent en danger toutes les femmes, l’influence de Tariq Ramadan sur des pans entiers de notre société en fait un accusé particulier.

Notre combat politique contre les idées obscurantistes portées par Tariq Ramadan, ou par celui qui prendra sa suite pour représenter la pensée des Frères musulmans, continuera. Car restera le continuum entre hiérarchisation des sexes/violences faites aux femmes et une idéologie politico-religieuse.

Les VigilantEs,                          https://vigilantes2015.wordpress.com/

Publicités

Avortement : un droit humain universel !

acbd61059080b5651938ecc2c0e91391Partout dans le monde, les extrémismes religieux interdisent l’avortement ou tentent de le limiter. Une façon d’imposer aux femmes l’idée que leur corps ne leur appartient pas.

Les VigilantEs  considèrent que le droit à l’avortement est un droit humain universel.

Dans l’Union Européenne :

  • quatre pays limitent  limitent gravement  le droit à l’IVG : Pologne, Chypre, Andorre, Irlande
  • un pays l’interdit totalement : Malte
  • Dans certains pays comme en Italie, une clause de conscience pour les médecins entrave fortement l’accessibilité au droit à l’avortement.

Les VigilantEs  demandent que le droit à l’avortement soit inscrit dans la Charte européenne des droits fondamentaux, pour que dans aucun pays européen il ne puisse y avoir de régression, comme ce fut le cas en Espagne ou en Pologne.

Les VigilantEs appellent à signer la pétition  qui sera déposée au Parlement européen de Bruxelles, Avortement : les femmes décident !

https://www.change.org/p/les-gouvernements-des-pays-d-europe-pour-le-droit-%C3%A0-l-avortement-partout-en-europe

Les VigilantEs appellent à participer aux actions du 28 septembre 2017, Journée mondiale pour le droit à l’avortement.

Le logo de la Ville de Paris ne peut pas être compromis

Tribelsi

Nous alertons régulièrement sur la stratégie des petits pas, adoptée par les islamistes et leurs allié.es, pour banaliser le voile et ses avatars.

Rappelons-le, le voile est tout sauf un accessoire de mode, comme d’aucun.es voudraient nous le vendre. Il reste l’instrument visible de la banalisation de la soumission des femmes à des injonctions religieuses et communautaires.

Or, il semblerait qu’à son tour, la Mairie de Paris soit tombée dans le panneau.

Voir le logo de la Mairie de Paris associé à la campagne d’une association, représentée sur son affiche notamment par Madame Attika Trabelsi (*1), connue pour sa défense du voile, son dénigrement des féministes laïques et universalistes et sa proximité avec les Indigènes de la République (*2), nous interpelle.

Le projet porté par l’association et objet de la campagne d’affichage, n’est pas en cause, mais l’association choisit ses représentants et doit l’assumer. Au vu de cette affiche qui cautionne l’avatar du voile à la mode « indigéniste » (*2), nous nous demandons si la Mairie de Paris a perdu la maîtrise de son image.

En conclusion, nous apprécierions que le logo de la Ville de Paris qui revendique l’émancipation des femmes, ne soit pas associé à des personnes qui en défendent une vision relativiste. Le risque étant de passer pour le dindon d’une mauvaise farce.

Les VigilantEs

 

1 : Télévision publique et privée, relais de la propagande islamiste : https://vigilantes2015.wordpress.com/2017/01/10/television-publique-et-privee-relais-de-la-propagande-islamiste/

2 : Parti des Indigènes de la République PIR

3 : La « mode pudique » des nouvelles bigotes !

http://www.prochoix.org/wordpress/?p=1088

4 : Lallab, laboratoire du féminisme islamiste http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/11198

5 : Il ne saurait y avoir de féminisme d’orient ou d’occident http://www.liberation.fr/debats/2016/09/21/il-ne-saurait-y-avoir-de-feminisme-d-orient-ou-d-occident_1505367

Journée Mondiale sans voile, résistance féministe et laïque !

Pourquoi soutenir, participer à la Journée Mondiale Femmes sans voile ?

  • Parce que le voile divise artificiellement et faussement, les filles et les femmes entre « pudiques » et « impudiques »,
  • Parce que celles qui choisissent de se voiler cautionnent et préparent la prison des autres, elles sont complices de la domination religieuse et masculine,
  • Parce que le voile est un marqueur de soumission à un ordre religieux sexiste, alors que dans le monde entier des femmes sont forcées de le porter et punies dans le cas contraire,
  • Parce que le voilement des petites filles, de plus en plus fréquent, banalisé, relève de la maltraitance sur enfants,
  • Parce que le voile est l’un des outils qui séparent les population en communautés qui s’ignorent,
  • Parce que le voile est un marqueur politique de l’expansion de l’islamisme

Les VigilantEs, réseau féministe et laïque, soutient la Journée Mondiale Femmes sans voile du 10 juillet et appèle au rassemblement à Paris, lundi 10 juillet, à 18:00, Place de la République.

Non à tout apartheid sexuel, oui à l’émancipation véritable de toutes les femmes et de tous. Résistance féministe et laïque ! Solidarité internationale !

 

  • Plus d’informations sur la page Facebook  de l’évènement : 

https://www.facebook.com/events/751160858388558/

  • Le CP de l’an dernier, toujours et plus encore, d’actualité :

https://vigilantes2015.wordpress.com/2016/07/04/10-juillet-devoilons-le-machisme-religieux/

  • Dans cette revue de presse de l’an dernier, de nombreux textes aussi sur le voile : 

 

Des certitudes, une seule option : voter Macron, écraser Le Pen.

 acbd61059080b5651938ecc2c0e91391

1. Marine Le Pen du FN est d’extrême-droite. Une idéologie et des pratiques intrinsèquement sexistes, racistes, antisémites, xénophobes, homophobes/lesbophobes. Le changement annoncé n’est que cosmétique. Elu, le FN s’accrocherait comme une bernique sur son rocher et prendrait tous les moyens pour garder le pouvoir ; ceux qui pensent pouvoir l’en déloger avec les législatives, n’ont aucune idée de ce dont il est capable.

Marine Le Pen du FN est inapte à gouverner, elle improvise en matière économique et sociale, il suffit de voir le revirement récent sur l’Euro pour s’en rendre compte ; mais surtout, soutenue par des mouvements réactionnaires et intégristes,  Marine Le Pen et le FN seraient un danger redoutable pour les droits des femmes et des minorités, sexuelles et autres : avec certitude, ils reviendraient sur l’avortement libre et gratuit, le mariage pour tous, n’adopteraient jamais la PMA pour toutes les femmes…

Les VigilantEs ne veulent pas de Marine Le Pen et de son FN à la tête de la République française.

 

2. Emmanuel Macron a suivi des études de philosophie, libéral, il est inspiré par le courant de pensée du « libéralisme égalitaire ». (1*) En résumé, c’est une philosophie de l’égalité des chances : justice sociale en régulant l’économie, en réduisant les inégalités, en encourageant la parité, et en améliorant la situation des plus démunis.

C’est un démocrate ; il a quitté le privé pour le public et pour mener une carrière politique.

Rien dans son programme ne met en danger les droits des femmes, ni des minorités, sexuelles et autres, au contraire.

Les VigilantEs ne pensent pas que la candidature d’Emmanuel Macron puisse être mise au même plan que celle de Marine Le Pen.

 

3. Y aura-t-il un jour un.e candidat.e idéal.e répondant à toutes nos aspirations ou faudra-il toujours exercer notre capacité de citoyen.ne et veiller à ce que nos représentants veillent au mieux, aux intérêts du plus grand nombre et du pays, au respect des droits et libertés fondamentales, au respect de la laïcité et de la justice sociale  ?

Les VigilantEs pensent que vigilance et mobilisation citoyenne sont des constantes immuables dans tout système politique. 

 

En conclusion, les VigilantEs estiment qu’il ne s’agit pas seulement d’élire Emmanuel Macron à la présidence de la République, ni même de battre Marine Le Pen et son FN : le pourcentage de votes pour Mme Le Pen doit être le plus bas possible et incomparable à celui de M. Macron, afin de repousser au plus loin, la tentation du repli et de l’obscurantisme. Notre choix est celui de la démocratie, charge ensuite à nous toutes et tous de veiller à ce que le gouvernement élu soit à la hauteur des enjeux car la situation du pays est très critique.

  

*John Rawls philosophe politique, considéré comme le plus important du XXè siècle

Les VigilantEs

8 mars 17 féminisme & laïcité Questionnaire des VigilantEs présidentielle 2017

acbd61059080b5651938ecc2c0e913918 mars 2017

Féminisme & laïcité Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017

Les réponses seront publiées sur le blog avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Contexte 

Le 8 mars c’est la Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes.

Les VigilantEs * sont préoccupées par le climat mondial de violences envers les femmes.

Les droits et libertés des femmes sont partout menacés par les conservateurs et les fondamentalistes religieux qui s’acharnent à repousser l’égalité femmes-hommes et même à anéantir ce qui semblait acquis, tels les droits à la contraception et à l’avortement, et l’éducation à la sexualité.

L’islam politique est aujourd’hui la principale menace mondiale contre les femmes. Il prive déjà nombre de femmes de leurs Droits Humains au nom des traditions et/ou de la religion. Il organise la soumission des femmes et cautionne le mariage des mineures et mariage forcé, la lapidation. Sous ses formes les plus extrêmes il institutionnalise le viol, l’enlèvement, l’esclavage sexuel, des enfantements pour le jihad, etc.

La confusion des idées s’est installée, elle conduit à ne plus faire de différence entre émancipation et servitude patriarcale. Nous affrontons le « féminisme islamiste » et ses allié-e-s, imposture qui en fonction de l’origine culturelle ou religieuse des femmes, porte atteinte à leur intégrité et plus généralement, aux droits des femmes.

Dans un tel contexte, nous souhaitons entendre les candidat-e-s à l’élection présidentielle sur les questions qui nous sont essentielles et relèvent de notre domaine spécifique d’intervention, à savoir féminisme et laïcité.

Questions adressées aux candidat-e-s à l’élection présidentielle :

Droits reproductifs : remboursement contraception / avortement, clause de conscience

  • Question : Le droit à l’IVG est inscrit dans la loi française mais il reste fragile car il existe maintes façons d’entraver son accès.

Vous engagez-vous sur la pérennité du remboursement de l’IVG et des soins qui lui sont afférents, sachant qu’aujourd’hui, ils sont remboursés à 100% ?

  • Question : Selon l’INED, 30% des femmes en France auront recours au moins une fois dans leur vie à un avortement *. Pourtant l’IVG reste le parent pauvre de la médecine, et nombre de médecins invoquent la clause de conscience pour ne pas en pratiquer. Dans les pays nordiques, les médecins lorsqu’ils s’engagent dans un cursus de gynécologie savent qu’ils pratiqueront tous les actes ayant trait à la vie reproductive et sexuelle des femmes, c’est-à-dire accouchement, avortement et suivi gynécologique.

Quelle place comptez-vous donner à l’IVG dans les formations initiales et continues des professionnel-les-s de santé ?

*(Bulletin INED janvier 2015, Institut national d’études démographiques).

Ecole : encadrement des écoles privées / Voile à l’université, dans les cours

  • Question : Des enquêtes ont révélé que des écoles privées dispensent des enseignements dangereux car contraires aux valeurs républicaines.

Pensez-vous revoir les critères d’ouverture des écoles privées en France, notamment celles hors contrat ? Si oui, que modifierez-vous en priorité ?

De quels moyens vous doterez-vous pour les contrôler régulièrement ?

  • Question : Dans certaines universités, le port du voile (que l’on suppose librement choisi) s’est répandu ces dernières années pour les étudiantes de religion musulmane, sur le campus et dans les cours, créant ainsi un apartheid genré dans une institution publique où les valeurs républicaines d’égalité femmes-hommes doivent être respectées.

Pendant les cours dispensés dans les universités publiques, ces étudiantes voilées participent ainsi à la pression psychologique exercée par des intégristes islamistes à l’encontre des enseignants et sur le contenu de certains cours (Sciences …).

Comment comptez-vous protéger l’enseignement universitaire de l’influence des dogmes et croyances (créationnisme…?)

Pensez-vous utile d’interdire tout signe religieux ostentatoire aux étudiant-e-s et enseignant-e-s, au moins pendant les cours ?

Le voile étant à la fois un signe religieux et un marqueur social d’un ordre sexué entre les hommes et les femmes, il contrevient au principe d’égalité. Pensez-vous l’interdire, au moins pendant les cours ?

Violences communautaires : mariage forcé, mariage des mineures, voilement des petites filles…  

  • Question : En Angleterre, au Canada, la politique dite des « accommodements raisonnables » a conduit à différencier les droits en fonction des origines, des religions, des communautés.

Considérez-vous que cette manière de sous-traiter aux communautés religieuses, les affaires civiles et familiales, soit légitime ?

  • Question : Des mariages sont contractés sous le régime de la charia, dans les camps de réfugiés en Irak, au Liban, en Jordanie, en Turquie, par un grand nombre de migrants. Il s’agit souvent de mariages forcés, le plus souvent avec des mineures. (Les jeunes filles pourraient contacter les autorités pour annuler les effets juridiques d’un mariage, contraire en France, à l’ordre public, mais sont-elles en mesure de le faire ?)

Quels moyens mettrez-vous en œuvre pour apporter toute l’aide nécessaire aux jeunes filles/femmes migrantes ?

  • Question : Depuis quelques années, on peut voir des fillettes entièrement revêtues d’un voile dans l’espace public.

Considérez-vous que cette tenue imposée par les parents soit une forme de maltraitance envers les petites filles ?

Dans l’affirmative, comptez-vous l’interdire ?

Les VigilantEs vous remercient pour vos réponses.

Recevez nos sincères salutations.

*Lien sur le blog des VigilantES : https://vigilantes2015.wordpress.com/

25 novembre, contre toutes les violences faites aux femmes, soyons vigilantEs !

acbd61059080b5651938ecc2c0e91391Les VigilantEs

25 novembre 2016, contre toutes les violences faites aux femmes, soyons vigilantEs !

Le 25 novembre est une journée internationale consacrée à mettre en lumière pour mieux les combattre, les violences faites aux femmes à l’échelle mondiale.

En 1993 l’Assemblée Générale de l’ONU émet une Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, 20 ans plus tard,  échec magistral : une femme sur trois est encore victime de violence physique et/ou sexuelle.

Ces violences, on les retrouve dans chacun des pays du globe, elles constituent une très grave atteinte aux droits fondamentaux. Les conséquences sur la santé des femmes et des filles sont multiples,  leur vie est hypothéquée,  souvent, leur mort précipitée. Les coûts économiques sont aussi très élevés pour nos sociétés.

En France :

  • Des viols : plus de 85 000/an sachant qu’à peine 2% d’entre eux font l’objet d’une condamnation ; aussi, des viols et agressions sexuelles de nature incestueux ;
  • Des violences conjugales : plus de 215 000 femmes victimes en France et 122 femmes assassinées par leur conjoint en 2015 ;
  • Des violences prostitutionnelles : malgré la loi d’abolition de la prostitution, de nombreuses femmes, souvent étrangères, continuent de subir les violences du système prostitueur, les moyens alloués aux programmes de sortie de la prostitution sont insuffisants ;
  • Des agressions physiques : une apparence qui ne convient pas, un soupçon d’homosexualité, ou simplement l’expression d’une toute puissance virile ;
  • Du harcèlement sexuel dans la rue, au travail, etc. ;
  • Un enfermement communautaire et l’influence grandissante des religions qui imposent aux femmes une tutelle familiale privative de liberté ; des traditions aux conséquences parfois criminelles : tutelle masculine, voilement, interdiction de contraception et d’avortement, mariage forcé, mariage de mineures à l’occasion de vacances à l’étranger, excision, etc.

Des associations féministes revendiquent une loi-cadre contre les violences faites aux femmes et la transposition en droit français de toutes les dispositions de la  Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur « la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique ».

Dans le monde entier *1. :

  • La moitié des victimes d’homicide dans le monde en 2012, l’ont été par un partenaire intime ou membre de la famille ;
  • Au moins, 35 % des femmes ont été victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou d’un inconnu (Ce pourcentage peut aller jusque 70 % pour des études à l’échelle nationale : En 2012, une étude menée à New Delhi a révélé que 92 % des femmes avaient subi des violences d’ordre sexuel dans un lieu public, et que 88 % des femmes avaient subi un harcèlement sexuel) ;
  • Environ 120 millions de filles dans le monde ont déjà été forcées à avoir des relations sexuelles ;
  • 200 millions de filles et de femmes ont subi une forme de mutilation génitale féminine/excision dans 30 pays ;
  • Les femmes et les filles représentent environ 70 % des victimes de trafic d’êtres humains, les filles seules représentant deux sur trois des victimes du trafic subi par les enfants ;
  • Une femme sur dix âgée de plus de 15 ans a déjà été victime de cyber-harcèlement ;
  • On estime que 246 millions de filles et de garçons subissent des violences à l’école chaque année ;
  • En 2014, 23 % des femmes non hétérosexuelles (lesbiennes, bisexuelles ou autre) de l’UE ont subi des violences physiques et/ou sexuelles ;
  • 34% des femmes souffrant d’un problème de santé ou d’un handicap ont subi une violence physique ou sexuelle de la part de leur partenaire ;
  • Dans l’UE, 43 % des femmes ont été victimes de violences psychologiques exercées par un partenaire intime ;
  • Les exilées qui fuient la guerre sont infiniment moins nombreuses que les hommes à pouvoir s’échapper ; quand elles y parviennent, trop d’entre elles subissent des violences physiques et sexuelles, la prostitution.
  • Dans nombre de pays soumis au fondamentalisme musulman, les femmes sont forcées de disparaître sous des accoutrements qui les invisibilisent,  sont privées de libertés et de droits civiques ;  dans les régions tombées aux mains de régimes barbares, tel l’EI, elles sont enlevées pour devenir des esclaves domestiques et sexuelles, fabriquer des soldats.

Dans le monde entier la situation des filles et des femmes est catastrophique. Même dans le petit nombre de pays qui ont promulgué des lois sur la violence familiale, disposent de lois relatives au harcèlement sexuel  et  sur le viol conjugal, ces textes ne sont pas intégralement conformes aux directives internationales et le plus souvent ne sont pas mis en application ou très partiellement.

Les campagnes et politiques de prévention et de sensibilisation contre les violences, d’éducation à l’égalité femmes-hommes, sont insuffisantes et les actes violents trop souvent, restent impunis.   

Compte tenu de l’ampleur des violences machistes, la volonté politique des états est ridiculement faible. Les responsables politiques sont complaisants face au recul de la laïcité alors que la place grandissante du religieux entraine un retour à l’ordre moral très préjudiciable aux femmes et aux minorités sexuelles : les intégristes catholiques sont vent-debout contre les droits reproductifs et la « théorie du genre » ; les fondamentalistes musulmans instrumentalisent les femmes, voilées, infantilisées, soumises, pour assoir leur idéologie. Des médias, des intellectuels et politiques bien-pensants convaincus que les musulmans (notez l’assignation religieuse automatique d’une origine, culture, avec une religion), sont les nouveaux damnés de la terre, encouragent ces dérives. 

Les institutions internationales telles que l’ONU, sous l’emprise d’états totalitaires fondamentalistes, depuis la fin des années 90,  vident les Droits Humains de leur sens universel et entravent  l’émancipation des femmes.


Le système patriarcal affaibli par les luttes féministes du 20ème siècle trouve une nouvelle inspiration dans les politiques communautaristes et identitaires imprégnées de fondamentalisme religieux susceptibles de maintenir les privilèges de la domination masculine. Ces politiques divisent et tuent les femmes, il est temps que les féministes et progressistes du monde entier le réalisent.   

Refuser les injonctions religieuses sexistes est une priorité du combat féministe et laïc du 21ème siècle !


Les VigilantEs

Charte des VigilantEs : https://vigilantes2015.wordpress.com/2016/01/17/egalite-emancipation-laicite/

 *1.Chiffres extraits de Rapports ONU femmes