25 novembre, n’imitons pas les USA !

images

#NousToutes ET #NousAussi,  comme aux USA ?

Le 25 novembre, est la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence à l’égard des Femmes.

Dans le contexte provoqué par «  l’onde de choc » #MeToo, une marche #NousToutes est appelée en France le 24 novembre, sur le modèle de la Women’s March qui avait rassemblé des centaines de milliers de femmes aux Etats Unis contre les propos sexistes et anti immigrés  de Donald Trump.

Or, s’il est évident qu’il est indispensable de nous rassembler contre les violences sexistes et sexuelles, il est aussi évident qu’il nous faut être claires sur ce que sont les violences contre les femmes, et leurs causes.

Déjà aux Etats Unis, des voix s’élèvent, dont celle d’Alyssa Milano, pour dire qu’elles boycotteront la Women’s March si  Tamika Mallory et Linda Sarsour, deux des quatre co-présidentes de la Marche, ne condamnaient pas les propos antisémites et homophobes  de leur ami Louis Farrakhan, leader islamiste.

En France, des associations féministes sont toujours en discussion, voire ont refusé de signer l’Appel à la manifestation du 24 novembre organisé par #NousToutes. D’autres appellent même à boycotter cette manifestation, notant qu’il est impensable de manifester derrière certaines personnalités  promues sur l’affiche d’Appel de #NousToutes, et que le texte de l’Appel gomme certaines violences contre les femmes, notamment les violences liées aux intégrismes religieux et à la prostitution.

Chacune fera comme elle l’entend, après avoir évalué les risques à plus ou moins long terme que font peser ces dérives sur les femmes et le féminisme. Les VigilantEs approuvent totalement le texte (*2) de Christine Le Doaré, féministe universaliste et laïque, et rappellent que de nombreux événements, colloques, expositions, se tiendront partout en France et dans le monde autour du 25 novembre.

*1. Texte de Christine Le Doaré : 25/11/2018 #NousToutes OU #NousAussi ?

Les VigilantEs

 

 

Publicités

25 novembre, contre toutes les violences faites aux femmes, soyons vigilantEs !

acbd61059080b5651938ecc2c0e91391Les VigilantEs

25 novembre 2016, contre toutes les violences faites aux femmes, soyons vigilantEs !

Le 25 novembre est une journée internationale consacrée à mettre en lumière pour mieux les combattre, les violences faites aux femmes à l’échelle mondiale.

En 1993 l’Assemblée Générale de l’ONU émet une Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, 20 ans plus tard,  échec magistral : une femme sur trois est encore victime de violence physique et/ou sexuelle.

Ces violences, on les retrouve dans chacun des pays du globe, elles constituent une très grave atteinte aux droits fondamentaux. Les conséquences sur la santé des femmes et des filles sont multiples,  leur vie est hypothéquée,  souvent, leur mort précipitée. Les coûts économiques sont aussi très élevés pour nos sociétés.

En France :

  • Des viols : plus de 85 000/an sachant qu’à peine 2% d’entre eux font l’objet d’une condamnation ; aussi, des viols et agressions sexuelles de nature incestueux ;
  • Des violences conjugales : plus de 215 000 femmes victimes en France et 122 femmes assassinées par leur conjoint en 2015 ;
  • Des violences prostitutionnelles : malgré la loi d’abolition de la prostitution, de nombreuses femmes, souvent étrangères, continuent de subir les violences du système prostitueur, les moyens alloués aux programmes de sortie de la prostitution sont insuffisants ;
  • Des agressions physiques : une apparence qui ne convient pas, un soupçon d’homosexualité, ou simplement l’expression d’une toute puissance virile ;
  • Du harcèlement sexuel dans la rue, au travail, etc. ;
  • Un enfermement communautaire et l’influence grandissante des religions qui imposent aux femmes une tutelle familiale privative de liberté ; des traditions aux conséquences parfois criminelles : tutelle masculine, voilement, interdiction de contraception et d’avortement, mariage forcé, mariage de mineures à l’occasion de vacances à l’étranger, excision, etc.

Des associations féministes revendiquent une loi-cadre contre les violences faites aux femmes et la transposition en droit français de toutes les dispositions de la  Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur « la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique ».

Dans le monde entier *1. :

  • La moitié des victimes d’homicide dans le monde en 2012, l’ont été par un partenaire intime ou membre de la famille ;
  • Au moins, 35 % des femmes ont été victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou d’un inconnu (Ce pourcentage peut aller jusque 70 % pour des études à l’échelle nationale : En 2012, une étude menée à New Delhi a révélé que 92 % des femmes avaient subi des violences d’ordre sexuel dans un lieu public, et que 88 % des femmes avaient subi un harcèlement sexuel) ;
  • Environ 120 millions de filles dans le monde ont déjà été forcées à avoir des relations sexuelles ;
  • 200 millions de filles et de femmes ont subi une forme de mutilation génitale féminine/excision dans 30 pays ;
  • Les femmes et les filles représentent environ 70 % des victimes de trafic d’êtres humains, les filles seules représentant deux sur trois des victimes du trafic subi par les enfants ;
  • Une femme sur dix âgée de plus de 15 ans a déjà été victime de cyber-harcèlement ;
  • On estime que 246 millions de filles et de garçons subissent des violences à l’école chaque année ;
  • En 2014, 23 % des femmes non hétérosexuelles (lesbiennes, bisexuelles ou autre) de l’UE ont subi des violences physiques et/ou sexuelles ;
  • 34% des femmes souffrant d’un problème de santé ou d’un handicap ont subi une violence physique ou sexuelle de la part de leur partenaire ;
  • Dans l’UE, 43 % des femmes ont été victimes de violences psychologiques exercées par un partenaire intime ;
  • Les exilées qui fuient la guerre sont infiniment moins nombreuses que les hommes à pouvoir s’échapper ; quand elles y parviennent, trop d’entre elles subissent des violences physiques et sexuelles, la prostitution.
  • Dans nombre de pays soumis au fondamentalisme musulman, les femmes sont forcées de disparaître sous des accoutrements qui les invisibilisent,  sont privées de libertés et de droits civiques ;  dans les régions tombées aux mains de régimes barbares, tel l’EI, elles sont enlevées pour devenir des esclaves domestiques et sexuelles, fabriquer des soldats.

Dans le monde entier la situation des filles et des femmes est catastrophique. Même dans le petit nombre de pays qui ont promulgué des lois sur la violence familiale, disposent de lois relatives au harcèlement sexuel  et  sur le viol conjugal, ces textes ne sont pas intégralement conformes aux directives internationales et le plus souvent ne sont pas mis en application ou très partiellement.

Les campagnes et politiques de prévention et de sensibilisation contre les violences, d’éducation à l’égalité femmes-hommes, sont insuffisantes et les actes violents trop souvent, restent impunis.   

Compte tenu de l’ampleur des violences machistes, la volonté politique des états est ridiculement faible. Les responsables politiques sont complaisants face au recul de la laïcité alors que la place grandissante du religieux entraine un retour à l’ordre moral très préjudiciable aux femmes et aux minorités sexuelles : les intégristes catholiques sont vent-debout contre les droits reproductifs et la « théorie du genre » ; les fondamentalistes musulmans instrumentalisent les femmes, voilées, infantilisées, soumises, pour assoir leur idéologie. Des médias, des intellectuels et politiques bien-pensants convaincus que les musulmans (notez l’assignation religieuse automatique d’une origine, culture, avec une religion), sont les nouveaux damnés de la terre, encouragent ces dérives. 

Les institutions internationales telles que l’ONU, sous l’emprise d’états totalitaires fondamentalistes, depuis la fin des années 90,  vident les Droits Humains de leur sens universel et entravent  l’émancipation des femmes.


Le système patriarcal affaibli par les luttes féministes du 20ème siècle trouve une nouvelle inspiration dans les politiques communautaristes et identitaires imprégnées de fondamentalisme religieux susceptibles de maintenir les privilèges de la domination masculine. Ces politiques divisent et tuent les femmes, il est temps que les féministes et progressistes du monde entier le réalisent.   

Refuser les injonctions religieuses sexistes est une priorité du combat féministe et laïc du 21ème siècle !


Les VigilantEs

Charte des VigilantEs : https://vigilantes2015.wordpress.com/2016/01/17/egalite-emancipation-laicite/

 *1.Chiffres extraits de Rapports ONU femmes